Chapitre 23 : Chinatown

Temps de lecture :
3
min

Chapitre 23 : Chinatown

Temps de lecture :
3
min
Chapitre 23 : Chinatown
3
min

Ce chapitre n'est pas encore publié

Rejoignez la newsletter pour être prévenu·e à la sortie des prochains chapitres.

* * *
Prochain chapitre
Chapitre 24 : Ascenseur Géographique
À découvrir bientôt

Chapitre 23 : Chinatown

Soyez prévenu·e à la sortie des prochains chapitres
Merci de votre intérêt ! Vous avez été ajouté·e à la liste de diffusion ! 🎉
Oups ! Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire.

Chez mes parents, Paris, 2011

— Oh, mais regarde ton look là-dessus! Cette photo de classe est collector – je peux l’avoir ?

— Oh, ça va! On était à l’école, pas à un défilé de mode ! Et puis, je te garantis que le style 90s’ revient à la mode. Attend de voir un peu !

— Mais dis donc c’est marrant, il n’y avait pas que des Chinois parmi tes petits camarades. Tu parles d’une photo de classe - on dirait une pub pour Benetton !

— Bah non ! Qu’est-ce que tu t’imaginais ?

— Je sais pas, comme c’était dans le 13e, je pensais que c’était envahi de Chinois ! En tout cas, tu n’as pas changé !

* * *

Cette classe, c’est une classe comme on en voit tant à Chinatown - ce quartier du Sud-Est de Paris, connu sous le nom des Olympiades, La Dalle, le Quartier Chinois ou plus simplement le 13e. Cela peut sonner assez arrogant de désigner un petit bout de quartier par tout un arrondissement, mais quand vous êtes immigrés, cela suffit généralement à vous localiser. Pourtant, le quartier chinois est bien plus que chinois. Il est aussi cambodgien, vietnamien, thaïlandais, laotien ; il est aussi algérien, marocain, sénégalais, camerounais, tunisien ; il est bien sûr avant tout français.

S’il y a une chose qui fait la spécificité de ce bout de Terre, c’est bel et bien sa diversité. Celle-là même qui, en offrant un paysage fait de mille reflets, dessine une multitude de possibles vers un monde métissé. Par leur mixité, ces quartiers cosmopolites offrent des espaces dans lesquels les différences se révèlent non pas au prix d’un repli communautaire, mais au profit d’un enrichissement partagé. Derrière l’apparente homogénéité de l’« entre-soi » se dissimulent les prémisses du « vivre ensemble ». Chacun peut entrer au contact de l’autre, sans préjugé, sans peur, se donnant par cette occasion, la chance de rencontres aussi prometteuses que spontanées.

Une promenade dans le 13e, c’est la possibilité de s’essayer à une séance de qi-gong dans le Parc de Choisy, de danser au rythme d’un concert afro-beats Quai d’Austerlitz ou de plonger au cœur de la littérature française à la BNF. Si ces quartiers sont parfois perçus comme des sas de sécurité pour minorités, j’y vois pour ma part un aperçu de ce vers quoi pourraient tendre nos villes : des lieux qui vibrent et grandissent par leur multi-culturalisme. Mon immersion au cœur de cet éclectisme a nourri la conviction que la mixité était une des plus grandes forces des villes et qu’il était essentiel, aujourd’hui plus que jamais, de tout faire pour la préserver.

Attachons nous à (re)créer des environnements dans lesquels les personnalités viennent se mêler au hasard des coïncidences. Des lieux, marqués par leur ouverture et leur accueil, caractérisés par leur hospitalité commune et leur inclusion totale : des bancs, des parcs, des jardins, des marchés, des troquets, où les passants, indépendamment de leur origine, leur nationalité et leur milieu social, se croisent et se brassent. Des événements publics qui invitent les populations à se retrouver : fêtes, concerts, bals populaires, carnavals et défilés… À la confluence de tous ces espaces spatio-temporels, une même ambition partagée: celle de permettre à chacun de s’y sentir à sa place tel qu’il est.

Il est urgent de maintenir et de faire grandir ces lieux qui au-delà de tout aspect utilitaire, trouvent leur raison d’être dans les rencontres impromptues qu’ils permettent. À l’encontre du clivage spatial et social des villes, il est primordial d’oeuvrer pour une valorisation de ces environnements, qui offrent aux populations l’occasion de s’épanouir au contact de l’autre. Le métissage, non seulement ethnique, mais aussi social, culturel et religieux, est constitutif de la cohésion sociale au cœur de nos territoires. La mixité et la diversité sont quant à elles, les conditions nécessaires au vivre ensemble, en même temps qu'elles font les richesses de notre urbanité.

Pour les minorités comme celles dont je suis issue, leur rôle n’en est que plus primordial. Elles ouvrent la possibilité d’aller à la rencontre de l’autre avec authenticité et de se sentir appartenir à une totalité. En cela, aucun doute possible - mon petit bout de quartier est bien plus qu’une publicité.

Prochain chapitre
Chapitre 24 : Ascenseur Géographique
À découvrir bientôt

Chapitre 24 : Ascenseur Géographique

Soyez prévenu·e à la sortie des prochains chapitres
Merci de votre intérêt ! Vous avez été ajouté·e à la liste de diffusion ! 🎉
Oups ! Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire.

Explorez les chapitres

Voir la liste des chapitres

Vous êtes intéressé·e ?

Soyez prévenu·e à la sortie des prochains chapitres
Un message plus long ? Envoyez un message à enfantdimmigres@gmail.com
Merci de votre intérêt ! Vous avez été ajouté·e à la liste de diffusion ! 🎉
Oups ! Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire.

Zhe Ling / 薛之琳

32 ans. 3 cultures. 2 nationalités. 1 recueil. Sa vie est à l’image de ces chroniques. Bâtarde et en cours de réalisation.
À propos de l’autrice