Chapitre 44 : Hybride

Temps de lecture :
3
min

Chapitre 44 : Hybride

Temps de lecture :
3
min
Chapitre 44 : Hybride
3
min

Ce chapitre n'est pas encore publié

Rejoignez la newsletter pour être prévenu·e à la sortie des prochains chapitres.

* * *
Prochain chapitre
Chapitre 45 : Appartenance
À découvrir bientôt

Chapitre 44 : Hybride

Soyez prévenu·e à la sortie des prochains chapitres
Merci de votre intérêt ! Vous avez été ajouté·e à la liste de diffusion ! 🎉
Oups ! Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire.

Partout, Tout le temps

— Et toi, tu te sens plutôt quoi ?

— C’est-à-dire ?

— Française ou Chinoise ?

— Mmmm les 2, je crois

— Française et Chinoise ?

— Oui c’est ça, Française et Chinoise.

— Dans cet ordre ?

— Ça dépend des moments. Je peux être : Parisienne et Chinoise, Française et Cambodgienne, Chinoise et Française, Parisienne et Cambodgienne, Française et Teochew, Teochew et Parisienne. Parfois, je suis tout à la fois ! Le dosage évolue. En fonction du moment et de l’envie !

* * *

Penser l’identité comme un choix, c’est a priori se condamner à une issue malheureuse. À une impasse dans laquelle une partie de soi est sacrifiée. À une solution faite de renoncements et de regrets. À une stratégie vouée à l’échec. À moins que...

À moins que nous puissions considérer tout choix comme temporaire et contextualisé; non pas réversible, mais modulable en durée et en intensité. À moins que nous élargissions le spectre des options; que finissent par se dessiner les contours d'une conciliation. Passer du « ou » au « et ». Sortir de l’opposition. Entrevoir la possibilité d’une superposition. « En même temps/ À la fois / Et / & ». Quitter la dualité. Embrasser l’hybridation.

Aux extrêmes qu’on nous incombe de départager, nous ferons valoir ces alternatives riches de sens. Nous prendrons le soin de préciser que tout choix engagé est temporaire par essence. Nous n’en avons pas fini des catégories. Simplement de celles qui sont figées.

"Tu te sens plutôt quoi?” ? Le problème, ce n’est pas tant de donner une réponse à cette question. Le danger, c’est de s'y laisser enfermer. S'engager à répondre, c'est courir le risque de s'assujettir de manière durable à un ensemble de croyances, de comportements et de jugements, bâtis sur le partage d'un ressenti inévitablement éphémère.

Pour bien adresser la question, il aurait fallu la reformuler. La contextualiser “En ce moment, tu te sens plutôt quoi?” et en préciser l’objectif. “Je te demande ça, parce qu’en fait j’aurais bien aimé savoir….”. Savoir quoi au juste? En quoi ma réponse sera-t-elle éclairante? Quelle interprétation lui donner? Quel conséquence aura-t-elle?  

“Tu te sens plutôt quoi ?”. Il est probable que la question reste à jamais mal posée. À défaut de mieux, j’apposerai désormais à mes répliques, toutes les nuances censées me protéger du diktat binaire. Je me battrai pour qu'on ne voit pas dans l’inconstance de mes retours, un défaut de cohérence. Je ferai malgré les injonctions pressantes, varier incessamment la réponse. C’est en fait le seul moyen d’y donner véritablement un sens. Le dosage évolue. En fonction du moment et de l’envie.

Prochain chapitre
Chapitre 45 : Appartenance
À découvrir bientôt

Chapitre 45 : Appartenance

Soyez prévenu·e à la sortie des prochains chapitres
Merci de votre intérêt ! Vous avez été ajouté·e à la liste de diffusion ! 🎉
Oups ! Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire.

Explorez les chapitres

Voir la liste des chapitres

Vous êtes intéressé·e ?

Soyez prévenu·e à la sortie des prochains chapitres
Un message plus long ? Envoyez un message à enfantdimmigres@gmail.com
Merci de votre intérêt ! Vous avez été ajouté·e à la liste de diffusion ! 🎉
Oups ! Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire.

Zhe Ling / 薛之琳

32 ans. 3 cultures. 2 nationalités. 1 recueil. Sa vie est à l’image de ces chroniques. Bâtarde et en cours de réalisation.
À propos de l’autrice